swissuniversities

La HEP-BEJUNE fait partie de swissuniversities, l’organisation faîtière qui regroupe toutes les hautes écoles de Suisse depuis le 1er janvier 2015, date de l'entrée en vigueur de la Loi fédérale sur l’encouragement des hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LEHE). Cet organisme est composé de trois chambres – une par type de haute école – et d’un comité. Ce dernier a un rôle de représentation au niveau national et international.

swissuniversities assume les tâches et les responsabilités suivantes :

  • elle se prononce sur les affaires traitées par la Conférence suisse des hautes écoles et lui soumet des propositions au nom des hautes écoles ;
  • elle défend les intérêts des hautes écoles suisses à l’échelle nationale et internationale ;
  • elle peut recevoir des mandats de la Confédération et prendre la direction de programmes et de projets ;
  • elle gère un centre d’information pour la reconnaissance académique de l’égalité des titres d’études suisses et étrangers (Swiss ENIC).

Dès le 1er septembre 2020, Maxime Zuber assume la vice-présidence de la chambre des hautes écoles pédagogiques. À ce titre, il a rejoint les rangs du Comité de la Conférence des recteurs de swissuniversities.

swissuniversities et la HEP-BEJUNE

Plusieurs membres du personnel de la HEP-BEJUNE sont impliqué·e·s dans différentes commissions de la Chambre des hautes écoles pédagogiques :

  • Julien Clénin, vice-recteur des formations, dans la commission « Formation » ;
  • Deniz Gyger Gaspoz, vice-rectrice de la recherche et des ressources documentaires dans la commission « Recherche/développement » ;
  • Richard Mamie, responsable du service de l’administration et des finances dans la commission « Administration/finances/personnel » ;
  • François Riat, responsable de l’amélioration continue, dans la commission « Développement de la qualité » ;
  • Régine Roulet, responsable de la formation continue et postgrade, dans la commission « Formation continue/prestations de service » et dans le groupe de travail « Langues étrangères ».

Menace pour la mobilité, exclusion des programmes européens de recherche et d'éducation et absence de sécurité juridique : l'adoption de l'initiative de limitation impliquerait de graves conséquences sur la compétitivité et la force d'innovation des hautes écoles. La participation à des projets de recherche multidisciplinaires et internationaux est indispensable pour faire face aux défis mondiaux auxquels notre société est confrontée. swissuniversities recommande donc de rejeter l'initiative de limitation dans l'intérêt d'une Suisse forte en matière de science et d'économie.

Plus d'informations

Point de presse de swissuniversities du 27.08.2020, Yves Flückiger, président de swissuniversities et recteur de l’Université de Genève